La situation de la langue française
dans la Francophonie et sur l’échiquier mondial

Par Mohanz Ben Djébal KONATE
Conseiller des Affaires culturelles/CNF
Du 02/07/2012
Du 2 au 6 juillet 2012, le Québec accueillera le Forum mondial de la langue française. Ce sera une occasion extraordinaire pour faire le point sur l’avenir du français et témoigner de sa vitalité et de sa modernité. Une telle rencontre s’avère nécessaire et opportune pour davantage donner du souffle à cette langue dans sa quête effrénée d’un label éminemment international.
Quelle est la place réellement accordée à la langue française dans ses aspects juridique, politique et socioéconomique  au sein des pays, institutions et événements francophones ? Quelle est la politique de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) en matière de promotion de la langue française au sein de l’espace francophone et dans le monde ? Quelle perspective se dégage pour cette langue ?
Aussi simple que paraît cette problématique dans sa formulation, ses réponses constituent les défis et tous les efforts déployés par l’OIF depuis des décennies à l’effet de faire du français, une langue qui grandit et se fortifie en imposant son empreinte non pas seulement dans l’espace francophone , mais aussi et surtout sur l’échiquier mondial. L’OIF est l’institution par excellence de défense voire de promotion de la langue française et de ce qu’elle véhicule comme valeurs. Certes, le français semble évoluer dans un environnement où la tendance au monolinguisme  (l’anglais en particulier)  est forte surtout dans le domaine scientifique et au sein des institutions internationales de même que sur internet. Mais, l’optimisme est de mise car certaines études nous dévoilent des dynamiques favorables.
Les résultats sont  en effet aujourd’hui probants concernant l’audience de la langue française, qu’elle soit langue officielle ou co-officielle, langue d’enseignement ou langue étrangère comme ci-dessous indiqué :


Les divers statuts du français
au sein des membres de l’OIF

 

Le français, seule langue officielle :
14 membres

Le français, langue co-officielle :
18 membres

Autre(s) langue(s)
officielle(s)

1.  Bénin
2.  Burkina Faso
3.  Canada-Québec
4.  Communauté française de Belgique
5.  Congo-Brazzaville
6.  Congo-Kinshasa
7.  Côte d’Ivoire
8.  France
9.  Gabon
10. Mali
11. Monaco
12. Niger
13. Sénégal
14. Togo

1.  Belgique
2.  Burundi
3.  Cameroun
4.  Canada
5.  Canada-Nouveau Brunswick
6.  Centrafrique
7.  Comores
8.  Djibouti
9.  Guinée-Conakry
10. Guinée équatoriale 
11. Haïti 
12. Luxembourg
13. Madagascar 
14. Rwanda
15. Seychelles
16. Suisse
17. Tchad
18. Vanuatu

1. allemand + néerlandais
2. kirundi
3. anglais
4. anglais
5. anglais
6. sango
7. arabe
8. arabe
9. langues nationales
10. espagnol
11. créole
12. luxembourgeois + allemand
13. malgache + anglais
14. kinyarwanda + anglais
15. anglais + créole
16. allemand + italien
17. arabe
18. bichlamar + anglais

 

Le français, langue d’enseignement :
5 membres

Langue officielle

1. Liban
2. Maroc
3. Maurice
4. Mauritanie
5. Tunisie

1. arabe
2. arabe
3. anglais
4. arabe
5. arabe

 


Le français, langue étrangère : 33 pays

Statut:
 16 membres, 14 observateurs
et 3 associés

Langue officielle

1. Albanie
2. Andorre
3. Arménie
4. Autriche
5. Bulgarie
6. Cambodge
7. Cap-Vert
8. Chypre
9. Croatie
10. Dominique
11. Égypte
12. Ghana
13. Géorgie
14. Grèce
15. Guinée-Bissau
16. Hongrie
17. Laos
18. Lettonie
19. Lituanie
20. Macédoine
21. Moldavie
22. Mozambique
23. Pologne
24. Roumanie
25. Serbie
26. Slovaquie
27. Slovénie
28. Sainte-Lucie
29. Saõ Tomé et Principe
30. Thaïlande
31. Tchèque (République)
32. Ukraine
33. Vietnam

1. membre
2. membre
3. associé
4. observateur
5. membre
6. membre
7. membre
8. associé
9. observateur
10. membre
11. membre
12. associé
13. observateur
14. membre
15. membre
16. observateur
17. membre
18. observateur
19. observateur
20. membre
21. membre
22. observateur
23. observateur
24. membre
25. observateur
26. observateur
27. observateur
28. membre
29. membre
30. observateur
31. observateur
32. observateur
33. membre

1. albanais
2. catalan
3. arménien
4. allemand
5. bulgare
6. khmer
7. portugais
8. grec + turc
9. croate
10. anglais
11. arabe
12. anglais
13. géorgien
14. grec
15. portugais
16. hongrois
17. lao
18. letton
19. lituanien
20. macédonien
21. moldave
22. portugais
23. polonais
24. roumain
25. serbe
26. slovaque
27. slovène
28. anglais
29. portugais
30. thaï
31. tchèque
32. ukrainien
33. vietnamien

Source: Rapport de l’Observatoire de la langue française
de l'Organisation internationale de la Francophonie
Selon ce rapport, les locuteurs du français, tous statuts confondus, ont atteint 220 millions en 2010, soit 20 millions de plus à partir de 2007. Les proportions sont les suivantes :
Afrique du Nord/Moyen-Orient: 22,6%
Afrique subsaharienne/ Océan indien: 44%
Amérique/ Caraïbe: 8%
Asie/Océanie: 20%
Europe: 23,4%
Ce chiffre est établi en marge des 116 millions d’apprenants du français géographiquement répartis comme suit :
Afrique du Nord/Moyen-Orient: 26,4 millions
Afrique subsaharienne/ Océan indien: 51,3 millions
Amérique/ Caraïbe: 8,7 millions
Asie/Océanie: 2,4 millions
Europe: 27,2 millions.
Ces données sont révélatrices de la vitalité de la langue française qui s’est d’ailleurs imposée, sur le plan de la puissance politique, comme 2ème langue du monde.
En effet, Georges WEBER a procédé au classement  des dix (10) langues les plus influentes en tenant compte de six (6) critères: la langue maternelle (4 points), la langue seconde (6 points), le pouvoir économique des pays utilisant une langue (8 points), nombre de domaines majeurs de l’activité humaine dans lesquels la langue est importante (8 points), nombre de pays et leur population utilisant une langue (7 points), prestige socioculturel d’une langue (4 points + 1 point si la langue est langue officielle des Nations Unies ). Après analyse, on aboutit aux conclusions suivantes :
1. Anglais (37 points)
2. Français (23 points)
3. Espagnol (20 points
4. Russe (16 points))
5. Arabe (14 points)
6. Chinois (13 points)
7. Allemand (12 points)
8. Japonais (10 points)
9. Portugais (10 points)
10. Hindi/Ourdou (9 points)
Au regard de ce classement, il apparaît évident que, malgré la forte concurrence d’autres langues à statut international,  le français progresse. Au sein même de l’espace francophone, il occupe de plus en plus des positions stratégiques dans divers secteurs tels que l’administration, l’enseignement, la justice, les médias, le commerce et les affaires.
Cependant, bien que le potentiel existe pour que la langue française ait plus de locuteurs -la population de l’OIF s’élevant à plus de 890 millions de personnes- d’énormes efforts restent à déployer, notamment en Afrique où la dynamique se situe clairement, à l’endroit de tout ce capita surtout en termes d’alphabétisation. Quand on considère par exemple le cas du Burkina Faso qui a une population estimée à environ 15 millions d’habitants (selon le dernier recensement, 2006), seulement moins de 900 000 personnes sont des locuteurs du français. Au Bénin, ils sont 552 000 sur 8.4 millions d’habitants. Au Congo Kinshasa, les locuteurs du français avoisinent 2 millions sur plus de 60 millions d’habitants ; à Madagascar, seulement 88 000 sur 18,1 millions d’habitants ; en France, ils sont 82% de locuteurs sur une population estimée à 65,4 millions d’habitants. On pourrait multiplier à loisir ces exemples car nombreux sont les pays francophones qui sont concernés.
Consciente de la situation, l’OIF s’est résolue à renforcer ses actions de promotion tant au sein des pays membres que sur la scène internationale. Les faits sont légion et touchent divers domaines. Comme illustrations :
Au niveau interne des Etats ;

Sur la scène internationale ;

Au terme de ce bref état des lieux sur la situation de la langue française, nous constatons que nonobstant les difficultés qui se dressent devant elle, son audience va grandissante. Si aujourd’hui, des pays, même anglophones, intègrent la Francophonie, c’est qu’elle suscite espoir, espérance et dynamisme, peut-être parce qu’elle possède et défend des valeurs très humanistes et intégratrices véhiculées par la magnifique langue qu’est le français. Le Secrétaire général  de l’OIF, M. Abdou DIOUF corrobore cela en déclarant que : « Pour nous toutes et nous tous qui avons choisi de nous rassembler au sein de la Francophonie, le français, c’est en effet cette chance insigne qui nous est offerte de pouvoir entrer en contact par-delà les frontières et les océans, non pas seulement pour communiquer entre nous avec l’assurance de nous comprendre, mais aussi et surtout pour agir solidairement, pour réfléchir, ensemble, aux défis du présent et du futur, pour partager nos craintes, nos espoirs et nos ambitions, dans la détresse comme dans l’allégresse. »
On est seulement conscient que les défis sont très énormes. Il faut en effet travailler à donner l’envie à ceux qui n’en sont pas locuteurs d’apprendre le français et à faire en sorte que ceux qui en sont locuteurs ne perdent pas l’envie de le demeurer. Car, le français est la langue de la rhétorique. C’est une langue aux tournures syntaxiques simples, variées, souples et faciles à manier donc flexible selon les circonstances de l’usage. C’est enfin la langue de la modernité et du développement durable.

 

Sources :
- Discours de M. Abdou DIOUF à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la Francophonie le 20 mars 2012.
-Entretien avec M. Abdou DIOUF, Secrétaire général de l’OIF, réalisé par Jacqueline NIZET en août 2008
-Lise BISSONNETTE, rapport sur la place de la langue française aux jeux olympiques d’hiver de Turin, 2006.
-OIF. Programme 2010-2013
-www.francophonie.org    
- http://lefrancaisenpartage.over-blog.com/article-la-bible-de-la-langue-francaise-est-sortie-60235139.html
-http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/francophonie/OIF-statut-francais-membres.htm


L’OIF compte à ce jour 56 Etats et gouvernements membres et 19 observateurs, avec une population estimée à plus de 890 millions de personnes.

Extrait de son discours à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la Francophonie le 20 mars 2012.